ALEX HONNOLD ESCALADE EL CAPITAN SANS SÉCURITÉ (VIDÉO)

Certaines personnes aiment faire des randonnées en montagne. Alex Honnold élève le niveau un peu plus haut. L’année dernière, le grimpeur de 33 ans a entrepris une ascension en solitaire gratuite vers El Capitan, dans le parc national de Yosemite. Il s’agit essentiellement d’une ascension de plusieurs heures sur une paroi rocheuse à pic.

Pas d’équipement pour l’aider dans sa quête, pas de cordes pour l’empêcher de plonger morbidement dans la vallée en contrebas. Alex Honnold ne bénéficie que de ses bras, ses jambes et son esprit pour le guider jusqu’à 1000 m verticaux.

« Le truc, c’est d’être tellement à l’aise avec ce qu’il faut faire que vous n’y pensez pas vraiment pendant que vous êtes là-haut. J’ai probablement passé plus de temps à penser à la mort que la plupart des gens. »

Bientôt sur Grand Écran

Ce week-end, le National Geographic a présenté un film de non-fiction sur les réalisations marquantes de Honnold dans quatre cinémas. Intitulé « Free Solo », d’après le style imperturbable du sport qu’il pratique, il cherche à réaliser son propre exploit improbable.

Nat Geo, qui met souvent ses films directement à la télévision, retardera probablement la diffusion au moins jusqu’au printemps. La chaîne parie sur le fait que les gens voudront l’expérience grand écran. « Free Solo » a le défi supplémentaire de demander au public de voir quelqu’un pendu au flanc d’une montagne taquiner la mort comme s’il s’agissait d’un petit frère ennuyeux. On estime qu’au moins 19 millions d’Américains ont peur des hauteurs.

« Une anomalie parmi les anomalies »

Pourtant, « Free Solo » offre quelque chose de crucial en cette ère de contenu de pointe : une chance de partager une expérience unique.

« Chaque fois que je vais le voir – et je pense que ça fait six fois – je regarde le public autour de moi autant que l’écran. Il y a quelque chose à voir dans un espace commun. C’est peut-être parce que ce qu’Alex fait est une activité si solitaire. »

Courteney Monroe, directeur général de National Geographic Global Networks

Tourné à l’aide de caméras multiples depuis de nombreuses altitudes le film laissera certains spectateurs stupéfaits et incitera d’autres à ne plus jamais vouloir prendre un ascenseur.

« Je n’avais jamais rien vu de tel. C’était une anomalie, même parmi les anomalies. »

Jimmy Chin, vétéran de l’escalade et réalisateur du film

Jimmy Chin devait d’ailleurs faire face à un léger souci d’éthique.

« La première pensée fut la chute d’Alex, parce que c’est aussi un ami. Voulez-vous vraiment vous mettre dans la position de capturer la mort de votre ami ? Mais je l’ai vu faire des choses incroyables, et il les a faites en prenant des décisions très calculées dans une mesure qui n’est pas normale, presque comme s’il était hyper rationnel. Ça m’a mis un peu plus à l’aise. Un peu. « 

Parce qu’Honnold ne savait pas quand il se sentirait prêt à relever le défi, l’ascension et la chronique du film ont été tenues secrètes.

Un solo à haute conséquence

Honnold s’est préparé pendant près de deux ans pour faire l’ascension. À un moment donné, il a même abandonné des projets imminents parce qu’il ne se sentait pas mentalement prêt. Au cours de nombreuses descentes à sec, il a résolu par tâtonnements tous les recoins de la paroi rocheuse, résolvant ainsi les défis de la montagne par tâtonnements.

ALEX HONNOLD2« L’une des choses qu’il faut faire en solo, c’est de le rendre aussi naturel que possible pour que vous ne vous rendiez pas compte qu’il s’agit d’un solo à haute conséquence «  dit Honnold. La haute-conséquence, c’est le langage des grimpeurs pour « tu peux plonger à ta mort ».

« Et vraiment, c’est relaxant. Il n’y a pas de vitesse. C’est un peu comme le deltaplane, j’imagine. De l’extérieur, ça a l’air très extrême, mais il y a quelque chose de très méthodique et d’intentionnel. »

Un athlète assez perché dira-t-on !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.