JULIEN LELEU DE RETOUR ENCORE PLUS MOTIVÉ QUE JAMAIS

Julien Leleu se confie suite à sa blessure qui l’a fait quitter la scène internationale pendant quelques mois. On se retrouve aujourd’hui pour une interview de Julien Leleu qui revient encore plus motivé que jamais. Une personnalité hors du commun qui vous motivera à coup sûr.

1 – Julien Leleu, peux-tu te présenter à la famille Riders Match ?

Salut à tous, je m’appelle Julien Leleu, j’ai 23 ans, français de passeport, mais international de mentalité.
Je suis pro kitesurfer, filmmaker et influencer.
Après avoir joué au PSG jusqu’à mes 16 ans, je me suis dédié à une carrière de pro kitesurfer.
Je suis parti vivre à Tarifa à mes 18 ans, tout seul, et j’ai commencé à voyager dans le monde entier pour les championnats du monde de freestyle.
Et c’est comme ça que je suis devenu de fil en aiguille la personne que je suis aujourd’hui.

2 – Parle-nous un peu de ton accident, que s’est-il passé lors de ton Méga Loop le 10 juillet 2015 ?

C’était durant la Sosh Freestyle CUP à Marseille. Le mistral était fort et rafaleux. Après avoir fait une trentaine de loops durant toute la compète, je me retrouve en finale avec mes potes. Seb Garat et Julien Kerneur, le vent avait vraiment monté (30-35 kneads) et je suis resté avec ma 11m… peut être pas la meilleure idée. J’ai envoyé un gros loop en faisant passer mon kite en dessous de moi, le kite est resté en face de moi et n’ai jamais remonté… Je suis donc tombé d’une quinzaine-vingtaine de mètres sans aucune portance, ridant en boots et avec une attelle au genou droit. J’ai donc mis mon genou gauche en réflexe en premier à l’impact et craaaaaaack.

3 – Comment as-tu réagi lorsque tu as appris la gravité de ta blessure au genou ?

Pour être honnête quand vous êtes un athlète, vous connaissez très bien votre corps et j’ai tout de suite senti au fond de moi que j’allais passer par un long et dur moment sans savoir la gravité de la blessure.
J’ai d’abord appelé mon père en larmes. (À savoir que c’est lui qui m’a appris à kiter. C’est aussi lui qui m’avait dit avant que je parte de la maison pour faire ma carrière de pro kitesurfer : “Mais qu’est-ce que tu vas faire si un jour tu te casses les genoux, etc.? Et je me souviens lui avoir répondu, ça ne m’arrivera pas, car je suis préparé physiquement.) Je l’ai appelé en lui disant, que ce dont il redoutait venait juste de se passer. Je me suis senti vide de toute énergie, joie ou excitation. Je savais au fond de moi que je venais de perdre ma liberté, ma vie et tout ce qui va autour, drôle de sensation.
J’ai d’abord vu un ostéo le jour même de l’accident qui m’a dit que ce n’était que les ménisques. Mais j’avais le pressentiment que c’était bien plus que ça…
Je suis donc allé fêter le podium avec le crew… en béquille déjà bien sûr.
Le lendemain, je me suis fait transférer aux urgences directement, car la douleur était insupportable et mon genou avait quadruplé de volume.

Après résultat IRM, je suis tombé de très haut, je ne m’attendais pas à un diagnostic aussi sévère:

Rupture complète ACL, rupture ligaments latéraux, ménisques internes/externes, cartilage, plateau tibial fissuré et tête du péroné avec énorme hématome.

4 – Où as-tu puisé ta motivation pendant toute ta rééducation ?

La différence entre les gens normaux et les autres est que lorsque l’on touche le fond, on n’y reste pas on s’en sert pour rebondir encore plus haut.

Je suis quelqu’un qui a un ego énorme et j’aime me mettre des challenges, me prouver à moi-même que si je veux quelque chose je peux y arriver.
Bizarrement, toutes les personnes qui me disaient que je ne reviendrais pas comme avant m’ont donné encore plus de motivation de leur prouver le contraire.
Ex: Premier chirurgien du genou que j’ai vu m’a dit que mon cas était délicat et ne pouvait jamais revenir au même niveau dans un sport extrême comme le mien, je l’ai regardé en souriant et lui ai dit, merci pour ta motivation, je vais te prouver que tu as tort. (C’était soi-disant le meilleur chirurgien du genou du sud de la France.)
Je suis allé voir un 2e chirurgien en lui expliquant ma situation, en lui parlant ouvertement et lui ai dit que quoiqu’il arrive je reviendrai alors je voulais juste qu’il aide au mieux de ce qu’il pouvait. Et il a accepté le challenge.
Ensuite, je me suis enfermé sur moi-même et concentré sur mon seul objectif. En faisant abstraction de l’extérieur pendant 16 mois. Gros travail mental et physique.

5 – Sur quoi travailles-tu actuellement ?

En ce moment, je travaille avec mon sponsor RRD comme athlète, mais aussi m’occupe de tout leur marketing avec ma boite de production. Je fais tous leurs catalogues, vidéos produits, vidéos marketing et toutes les images.
Je bosse aussi avec le designer pour développer la partie freestyle du matériel.
Je m’entraîne encore, mais plus comme à l’époque, car tout le mondial de kite a connu des péripéties politiques et ne me motive pas à revenir pour le moment.
Je m’entraîne aussi pour faire le king of the air d’ici 1 ou 2 ans 😉

6 – Quels sont tes projets et objectifs pour le futur ?

Toujours beaucoup de projets en parallèle. Je me concentre davantage sur ma boite de prod HIGH LIGHT PRODUCTION, car j’aime produire mon propre contenu et réaliser beaucoup de projets divers autour du monde, pas forcément que autour du kite.
C’est super enrichissant et un projet qui perdurera dans le temps peu importe les blessures.
C’est super plaisant d’être sponsorisé par une marque en tant que rider et pour laquelle tu développes aussi les produits et ensuite fais le marketing.
Je me sens vraiment à l’intérieur de la marque et comprends bien mieux l’inside du métier que d’être un simple rider compétition.

7 – Y a-t-il des personnes qui ont été décisives dans ta carrière et que tu souhaites remercier ici ?

Mon père qui fait du kite depuis 1998 et qui m’a transmis cette fabuleuse passion.
Ma mère qui a toujours été là mentalement pour moi.
Mon beau-père qui m’a inculqué des valeurs sportives qui m’ont permis de surmonter toutes les épreuves dures et toujours aller de l’avant avec la bonne mentalité et toujours la tète haute, mais en gardant les pieds sur terre.
Mon team manager Alex Vliege qui a cru en moi au moment de mon retour de blessure après avoir été off pour 18 mois.

8 – Quel message veux-tu transmettre à la communauté Riders Match ?
S’avoir s’entourer des bonnes personnes et ne faire confiance qu’à sois-même.

Dream – Believe – Achieve

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.