LUCAS PELUS : MY KITE TRIP IN DAKHLA (VIDÉO)

Lucas Pelus, kitesurfeur et filmmaker, revient de Dakhla (Maroc) avec une toute nouvelle production. Signée KroketProductions, cette vidéo réunie les meilleures images kitesurf de son trip avec, en bonus, un petit barbecue. Récit de son trip.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lucas Pelus (@kroket_productions) le

Les plaisirs de Dakhla

« Nous avons décidé de sortir des sentiers battus en évitant les resorts situés sur le pourtour de la lagune principal. Le kite camp Mad Camel nous amenait sur un spot différent tous les jours. En parallèle on a pu profiter d’excursions avec bivouac dans le désert, mais aussi de visites en ville (marché local, restaurants, concerts, etc.). »

Différents spots, différentes sensations

« Au niveau kite, on a eu des conditions classiques avec 20 à 30 nœuds de vent. Pour les spots, le choix est vaste : cela peut varier de la petite lagune ultra flat ou tu rides à 2, jusqu’à la grande lagune avec les autres touristes (plus de clapot). Il y a aussi des spots de vagues que tu peux rider en twintip en utilisant les vagues comme kicker, mais aussi en surf kite. Sans oublier quelques secrets spots connus des locaux et du kite camp« . 

« On a pu profiter de quelques downwinds pour se rendre d’un spot à un autre en kite. C’est toujours sympa comme expérience. Le spot de la dune blanche de laquelle tu peux sauter du sommet (6 à 10m de haut) vers l’océan est bien cool et bien fun aussi.
Le speedspot est le spot qui change le plus. Car à marée haute c’est une lagune immense et peu profonde qui est parfaite pour les débutants. Alors qu’à marée basse la lagune se vide et l’orientation du vent devient offshore. Ceci en fait un spot pour des riders un peu plus confirmés. Mais surtout le spot devient ultra flat avec un vent bien puissant donc idéal pour envoyer des gros big airs ou des tricks dehookés. »

À retenir

« Globalement chaque spot va varier au niveau clapot et étendue en fonction de la marée. Du coup il vaut mieux bien connaître ou alors être accompagné.
Finalement, ce qu’on retient du voyage c’est la variété des spots, le super accueil sur place avec Mad Camel et le fait d’avoir pu profiter d’autres activités que le kite. Donc découvrir (un peu) la culture locale et le pays. »

Suivez Lucas Pelus sur :

Facebookhttps://www.facebook.com/Kroketproductions

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.