Tom DESSERTENNE

La Rochelle, FR

Moto


Stand Up Paddle

[EVENT] OXBOW PRESENTS THE 5TH EDITION OF THE SUMMER CUP

The biggest european gathering for Stand-Up Paddle is back for its 5th edition the 3rd, 4th and 5th of July in the bay of La Baule. Come down and discover the world of SUP and everything that surrounds it through the numerous activities that will be organized throughout the weekend. The best part ? It’s 100% FREE !

What is the SUMMER CUP ?

Simply put, it’s the biggest european gathering for SUP. Loads of activities are planned throughout this weekend of July. Among them will be an SUP race known as the ‘Team Cup’, a relais race of teams composed of 3 riders and also a solo race for the more experienced, called the ‘Summer Race’. For the beginners, initiation and crash courses will be available too thanks to a large number of expo booths. For all you party animals out there, there will be live concerts at night to insure the rhythm of the event. You might even get the chance to dance with one of our numerous celebrities that will be present ! Finally, It will be even possible to tone up your brain muscles thanks to the ‘Summer Match’ conference ! Hosted by some of the world’s greatest digital companies (Google, Facebook, Twitter, Dailymotion,Yahoo…), this seminar’s main goal is to shed light on the influence and importance of new technologies in the extreme sport world.

In brief, the SUMMER CUP takes it’s influence straight out of the beach culture with a free spirit and will packed with loads of fun for everybody in one of the most beautiful bays in the world. I doubt you have anu valid excuse to miss this awesome event !

The Schedule

Friday 3rd of July

  • Opening Party (opening ceremony followed by a live concert)

Saturday 4th of July

  • Le salon de l’essai: Free tests and initiations
  • Team Cup (with traditional nautical games)

  • SUPer Baule Cup (Relais race by teams of 3 celebrities, champions and kids)

  • Beach Party (A chilled out party animated by Riders Match extreme sport videos and a DJ)

Sunday 5th of July

  • Salon of tryouts: Free tests and initiations 

  • Summer Race « Elite »: Solo race of 15km for the experienced in SUP (open to FFS)

  • Summer Race « SUPer »Solo Race of 5km for beginners and intermediates)

  • Closing Party (closing night for the volunteers and winners of the Summer Cup)

Find all the info on the official website of the Summer Cup

 

Copyright : Riders Match

More

Stand Up Paddle

[EVENT] OXBOW PRÉSENTE LA 5ÈME ÉDITION DE LA SUMMER CUP

Le grand rassemblement de Stand-Up Paddle d’Europe revient pour sa 5ème édition, le 3, 4 et 5 Juillet dans la Baie de La Baule. Venez découvrir et partager les sensations liées à la pratique de ce sport au cours de nombreuses épreuves. Et en plus, c’est 100% gratuit !

Qu’est ce que la SUMMER CUP ?

C’est tout simplement l’un des plus grands rassemblements de Stand-Up paddle d’Europe. Plusieurs activités y sont proposées durant ce long weekend de Juillet. Parmi elle, des courses de Stand Up dont la « Team Cup », une course en relais par équipe de 3 mixtes et déguisées et la « Summer Race », une course individuelle de 15km pour les habitués de la discipline. Pour les plus novices, initiations et tests des nouveautés 2015 seront au programme grâce à un large plateau d’exposants ! Et pour les fêtards, des concerts seront organisés chaque soir afin de rythmer ce bel événement. Aurez-vous la chance de danser avec l’une des nombreuses célébrités présentent lors de l’événement ? Enfin, il sera même possible de muscler votre cerveau grâce à la conférence « Summer Match » ! Animé par les acteurs majeurs du digital (Google, Facebook, Twitter, Dailymotion, Yahoo…), ce colloque aura comme objectif de vous faire découvrir l’influence et l’importance des nouvelles technologies dans le monde sportif et notamment dans les sports extrêmes.

En bref, la SUMMER CUP s’inscrit directement au cœur de la Beach Culture avec un esprit de liberté et d’amusement grand public dans l’une des plus belles baies du monde. À ne manquer sous aucun prétexte !

Le Programme :

Vendredi 3 Juillet

  • Opening Party (Une soirée d'ouverture de la Summer Cup comprenant la cérémonie d'ouverture ainsi qu'un concert)

Samedi 4 Juillet

  • Le salon de l’essai : Tests et initiations gratuites
  • Team Cup (avec les traditionnelles joutes nautiques)
  • SUPer Baule Cup (course en relais par équipe de 3 célébrités, champions et enfants
  • Beach Party (Une soirée de détente et de bonne humeur sur un fond de sport extrême animée par les vidéos de RidersMatch et un set de DJs)

Dimanche 5 Juillet

  • Le salon de l’essai : Tests et initiations gratuites
  • Summer Race « Elite » : Course individuelle de 15km pour les confirmés du Stand-Up Paddle (Ouverte aux licenciés FFS (possibilité de prendre une licence journalière lors de l’inscription avec un certificat médical))
  • Summer Race « SUPer » : Course individuelle de 5km pour les débutants et initiés
  • Closing Party (Une soirée de clôture pour les bénévoles et les gagnants de la Summer Cup)

Retrouvez toutes les infos sur le site officiel de la SUMMER CUP

 

Copyright : Riders Match

More

Surf

[INTERVIEW] KYLLIAN GUERIN, A GROM FULL OF LIFE!

Kyllian Guerin is a young hope for the French surf scene. He's 12 and has already visited numerous countries, speaks three languages and hopes to be a world champion more times than Kelly Slater! We interviewed the aspiring grom who holds an impressive maturity. We doubt that we’ll be done talking about him in the future.

Name : Kyllian Guerin
Age : 12
Lives in : Seignosse, France
Sport : Surf

- Hey Kyllian, before talking about the surf world, can you present yourself to the RM community?
Hey! My name is Kyllian Guerin and I’m 12 years old. I live in Seignosse in the Landes but I also grew up in Costa Rica. I have a huge passion for Surfing and I’m lucky enough to have traveled the world and surfed all kind of waves.

- I suppose you started surfing just a little after learning how to swim. What are the reasons that made you pick up surfboarding and why surfing especially after having a father that is an ex snowboard pro?
Yeah, I started surfing when I was 4. It was around my birthday, I had just learnt how to swim and a few days later I was already catching my first waves in Costa Rica. We were on vacation and since my dad saw I loved the water as a baby, he initiated me to surfing. I’ve loved it ever since. I also tried snowboarding with him, it was loads of fun but we spent more time by the ocean that on the mountains. I’m definitely more comfortable in the water than anywhere else.

- Concerning your studies, I’ve come to understand that you are enlisted at the CNED and that your dad is the one who has taken charge of your home schooling. Is it hard to balance your studies and surfing?
Yeah, it definitely demands a lot of effort and organization. I don’t really have a traditional life and that makes it sometimes pretty hard. The days go by really fast when I’ve got surfing, school, physical preparation and video analysis. Also, because I travel a lot, I’m usually alone or with adults. I miss my friends a lot but I know I have to make sacrifices in order to reach my goals. Then again, I do live an incredible life for my age.

- You’re a well-seasoned traveler, at the moment you’re in Australia surfing some of the greatest spots the world has to offer but lately you were in Costa Rica, you’re second home. How was that?
Costa Rica is truly my second home. I’m not Costa Rican like my little brother but my heart resides there and I really feel at home en Central America. Santa Teresa is cool and it feels good to go to the water with no worries. I learnt how to surf there, as the waves are perfect to progress. Now I’m looking for different kinds of waves but it’s also very important for me to go back each year to Costa Rica.

- Costa Rica and France are two extremely different countries. From the climate to the way of life, is it not too of a culture shock when you go between the two? Do you manage to have the save way of life that in France?
I get up earlier. Around 6am I’m already in the water as for when I’m here it’s harder as I go to bed way later! Other than that, I’m pretty well organized with school and the rest is just like here. One of the hard things is that it gets really hot here from noon until 3pm which makes it difficult for me to go back to class. The way of life there is like the locals say: “pura vida”. It’s probably because the people are way more laidback than in France. That’s probably the hardest thing to adapt to. Going from one country where everyone is rushing around and then going to the other where no one seems stressed.

- You seem pretty close to your family as they support you a lot. Your father being a coach, teacher and obviously a dad, has that brought you guys closer?
Yeah my family is very present and has helped me a lot. It’s not exactly easy to have to travel a lot alone with my dad as I miss my mom and little brother so much. There was a time where they would come with us but it has become more difficult as my mom has launched her own jewelry company: ‘Une A Une’. Sometimes I don’t see them for more than a month. I get along with my dad even though sometimes we yell at each other but that’s probably because we are together all the time. We have awesome times together and he’s an amazing dad, I’m very lucky.

- We interviewed another future champ the other day, Sam Piter, who has also been surfing since he was little. It’s also the case for young international surfers like Noah Beshen or Kyuss King. Have you got any insecurities regarding the fact that they were placed in the world of surf at a young age thanks to their parents?
No not at all. Sam and Kyuss are good buddies of mine and I love surfing with them. The fact that their parents are famous surfers must help them with exposure for sure but being the son of […] must complicated things as well. My dad was really good at snowboarding and only started surfing at age 20. If I succeed in surfing it’ll just be thanks to me.

- I remember seeing you on TF1 a few years back, a documentary was made in your honor! Nowadays I put ‘Kyllian G’ into my search engine and you’re the first result everytime! How does it feel to have that much media attention? Does it put you under any pressure?
No, I find it funny! I was lucky enough to have the media interest themselves in me at a young age and that has left me great memories and allowed me to meet some amazing people. As for pressure, I surf first and foremost for me so the media doesn’t really affect me as I don’t really feel pressure out on the water. The pressure is part of surfing and I enjoy that side too.

- In the documentary, your coach, Arnaud Darrigade, said that what seperates you from the other youngsters is your maturity and the hard work you put in. Where does this wisdom come from?
Probably from my parents and the education they gave me. They’ve shared their experiences with me. Since a young age, I’ve always hung out with adults and I’m sure that helped with bringing me maturity. For the hard working side, Arnaud has always told me that hard work pays off if you want to progress. The more you progress and the more enjoyable surfing becomes so no need to think twice about that. Anyways, if I want to become pro, I know that I’m only at the beginning of the work and effort that is going to have to be put in. However, I know I don’t put the same effort in at school but I don’t dismiss its importance.

- Nowadays, thanks to the evolution of the media’s support, a number of surfers prefer traveling to become free-surfers! It’s the case for pro Dane Reynolds. You’ve starting gaining recognition for your videos. Could this be a solution if you can’t make it on the World Tour?
My goal is the World Tour. I really hope to get on it and I will do everything in my power to make it happen. I also love big wave surfing and it’s something that has been attracting me for years now. Pro surfer in competition and big wave rider… that would be one sweet program!

- I’ve noticed that in your videos you try and convey your vision of life that is to live every moment to the fullest. Is this one of the ways you make yourself stand out from the other groms?
No that’s just me. Life has spoiled me up until now. I have an amazing bunch of friends and an incredibly supportive family. I’ve also had some big obstacles that I had to overcome. Anything can happen in life but it’s important to fight through the hard times and enjoy the good ones.

- What are your upcoming projects?
I hope to travel more this year and organize a few surf trips with the international groms of Rip Curl. I signed to Reef this year and they told me that I’ll be going on a trip with the international team. I can’t wait to find out where we are going! I’m thinking about going to Hawaii this winter. It’ll be my first time there. Other than that I’ll be going to Australia next winter for several months to train. I love that country and I have some pretty good friends there now.

- Before we end this interview, I’d like to go back on a difficult time in your young career. I’m obviously talking about your knee injury. What did you learn from that experience?
That everything can fall to the ground in one hit! It was really hard to cope with at the time but now, looking back, I realize I was truly luck as it could have been much worse. It made me learn a lot about myself. I realized how much of a battle it is to chase your dreams and now I know I’m prepared. No surf for 6 months, hospital, surgery, re-education and a mind filled with doubts but hey, that’s life!

- To finish, I heard that you want to acquire more titles that King Kelly. If he came to read this interview, how would you tell him that you’re here to take his place?
Kelly is an incredible surfer. He’s forever left his mark in the world of surf. Unfortunately I’m too young to ever be able to compete against him in a heat. When you see FilipeGabriel or John John surf, I think he’s understood that he’s already going to have to pass the torch. So I guess I’ll have to get the torch from them! I met Kelly before and told him that I wanted to win more titles than he ever has. He smiled. We did our first series together as an arm wrestle and I won! Thanks Kelly.

- Special thanks:
To my parents, my sponsors (Rip CurlReefSmith optics, EQ,Xsorries, Fcs and Gorilla), my coaches Arnaud, Martin, Diego, Yann and all those who helped me out when I was injured and allowed me to get back on my board. Thank you also to those who follow me on my social network profiles and Riders Match for the interview!

Thanks for taking the time to answer all our questions, Kyllian. The team at Riders Match wishes you the very best of luck in your next competitions, projects. 

 

Translated by NIck Green

Copyright : Kyllian Guerin

More

Surf

[INTERVIEW] KYLLIAN GUERIN, OBJECTIF WORLD TOUR!

Kyllian Guérin est un jeune espoir du surf français. Du haut de ses 12 ans, il a déjà visité de nombreux pays, parle trois langues et souhaite devenir champion du monde plus de fois que Kelly Slater ! Pour vous, Riders Match a recueilli les propos d'un Groms d'une maturité incroyable, qui n'a pas fini de faire parler de lui !

Name : Kyllian Guerin
Age : 12
Lives in : Seignosse, France
Sport : Surf

- Salut Kyllian, avant de rentrer complétement dans l'univers du surf, peux-tu te présenter globalement à la communauté Riders Match ? 
Bonjour, je m'appelle Kyllian Guerin et j'ai 12 ans. Je vis à Seignosse, dans les landes, mais j'ai presque grandi au Costa Rica. J'ai une passion incroyable qui est le surf, et j'ai la chance de pouvoir beaucoup voyager pour surfer pleins de vagues à travers la planète.

- Je suppose que tu as commencé le surf alors que tu savais à peine nager, quelles sont les raisons qui t'ont poussé à surfer et pourquoi avoir choisi le surf alors que ton père est un ancien pro de snowboard ? 
Oui, j'ai démarré à 4 ans. Pour mon anniversaire, j'avais appris à nager et quelques jours plus tard, je prenais ma première vague au Costa Rica. On était en vacance, j'adorais l'eau depuis tout petit et mon père m'a fait essayer le surf et j'ai adoré. J’ai aussi essayé le snowboard avec lui, je trouvais ça super, mais on a vite passé plus de temps à la mer qu’à la montagne. Et puis l'eau, c‘est vraiment là où je me sens bien.

- Concernant les études, j'ai cru comprendre que tu étais inscrit au CNED et que c'était ton papa qui s'occupait de t'enseigner les matières. C'est compliqué d'organiser sa vie autour du surf ?
Oui, ça demande beaucoup d’efforts et d'organisation. Je n'ai pas du tout une vie classique et c‘est parfois un peu dur. Les journées passent super vite entre le surf, l’école, la préparation physique, les analyses vidéos … Ensuite, comme je bouge beaucoup, je suis souvent un peu seul ou avec des adultes. Mes copains me manquent, mais je sais que je dois faire des sacrifices pour arriver a ce que je veux. Et à côté de ça, je vis des choses incroyables pour mon âge. 

- Tu es un habitué des voyages, en ce moment t'es en Australie pour surfer quelques-uns des plus beaux spots de la planète, mais récemment tu as fait un trip au Costa Rica, ta deuxième maison, comment c'était ? 
Le Costa Rica, c‘est vraiment ma deuxième maison. Je ne suis pas Costa Ricain comme mon petit frère, mais mon coeur est là-bas et je me sens vraiment chez moi en Amérique centrale. A Santa Teresa, c’est cool et cela fait du bien d'aller à l'eau tranquille. J'ai appris a surfer là-bas et les vagues sont tops pour progresser. Maintenant, je commence à chercher d'autres types de vagues, mais je sais que c‘est important pour moi de passer un peu de temps au Costa Rica chaque année.

- Le Costa Rica et la France sont deux pays extrêmement différents, de par le climat, le style de vie, etc. Ce n'est pas trop perturbant ? Tu gardes le même fonctionnement qu'en France ? 
Je me lève plus tôt. Vers 6 heures, je suis dans l'eau alors qu’ici, c‘est plus dur pour moi, car je me couche plus tard ! Autrement, pour le reste, je suis bien organisé. Et c'est pareil au niveau de l'école. Le truc qui est un peu dur, c‘est qu’il fait très chaud entre Midi et 3 heures alors c‘est difficile quand je dois reprendre les cours… Le style de vie est comme on dit las bas : Pura vida. C’est bien, car les gens ne sont pas stressés comme en France, ça change vraiment ! Quand on arrive, on est tout speed puis on s'adapte et quand on revient, c ‘est l'inverse… C’est peu être ça le plus dur.

- Tu as créé une relation particulière avec ta famille puisqu’ils font beaucoup de concessions pour toi, à l'image de ton père qui est à la fois coach, prof et bien évidemment papa. Quelles sont vos relations ? Tu penses que ça vous a rapproché ? 
Oui, ma famille est vraiment présente et m'aide énormément. Ce n’est pas évident, car je bouge beaucoup seul avec mon père et ma maman et mon petit frère me manquent. Avant, ils étaient plus avec nous quand on était au Costa Rica l'hiver. Mais maintenant, avec le travail de ma mère, qui a fait une marque de bijoux : Une A Une et le fait que je commence à bouger partout, il m'arrive de ne pas la voir pendant plus d'un mois. C'est dur ! Avec mon père, on s’entend bien même si parfois, on s’engueule un peu… Mais comme on est toujours tous les deux, dans l'ensemble, ça se passe assez bien et on passe de super moments. Il est multitâche et c'est un très bon papa, j'ai de la chance.

- On a récemment interviewé un autre futur champion, Sam Piter, qui lui baigne dans le surf depuis qu'il est tout petit. C'est également le cas de jeunes surfeurs internationaux comme Noah Beshen ou Kyuss King. As-tu des complexes par rapport au fait qu'ils ont déjà un pied dans le surf grâce à leur parent ? 
Non pas du tout. Sam et Kyuss sont de très bons copains et j'adore surfer avec eux. Le fait que leurs parents soient de très bons surfers connus, ça doit aider un peu et ouvrir quelques portes, c‘est sur... Mais être le fils de, ça doit être compliqué aussi, je pense. Moi, mon père était fort sur la neige et n'a commencé à surfer qu’a 20 ans alors pas de soucis, si je réussis en surf, je serais juste Kyllian. Et puis pourquoi avoir des complexes ? Je surfe et j'essaye de faire du mieux. Si je suis bon, je me ferai un nom.

- Je me souviens t'avoir vu sur TF1 il y a quelques années, un reportage t'était consacré ! Aujourd'hui, je rentre « Kyllian G » dans mon moteur de recherche et je tombe directement sur toi. (Haha) Comment vis-tu le fait que tu soit ultra médiatisé ? Ça ne te met pas trop la pression ? 
Non, c’est rigolo ! j'ai eut la chance que les médias s’intéressent à moi très jeune, cela fait de supers souvenirs et de bonnes rencontres. Ensuite, je surfe avant tout pour moi alors la pression, je ne l'ai pas avec les médias. A vrai dire, je suis plutôt a l'aise avec. Ça fait aussi partie de ce que je dois faire et j'aime bien, c‘est souvent de bonnes experiences.  

- D'ailleurs, une chose m'a marqué lors de ce reportage. Arnaud Darrigade, ton coach, dit que ce qui fait la différence entre toi et les autres jeunes, c'est ta maturité et ton côté « gros travailleur ». D'où vient cette sagesse? 
De mes parents sans doute et de l'éducation qu’ils m'ont donné. Je partage plein de choses avec eux et ils me font partager leur expérience aussi. On est complice. Depuis tout petit, j'ai été pas mal avec des adultes. C'est pour ça que je suis plus mature. Pour le coté "gros travailleur" que dit Arnaud, il faut bien bosser si l'on veut progresser. Et plus tu progresses, plus tu prends du plaisir dans ton surf car tu surfes mieux. Alors pas besoin de réfléchir plus longtemps. De toute façon, si je veux devenir pro, la route est encore longue. Je ne suis qu'au début. C'est un travail de longue haleine qui demande de fournir des efforts constants. Alors, il vaut mieux que je sois un gros travailleur en surf. Je le suis peut-être un peu moins à l'école, mais je sais que c‘est très important alors…

- Aujourd'hui, grâce à l'évolution des supports médiatiques, nombre de riders préfèrent voyager et devenir des free-surfeurs ! C'est un peu le cas de « Dane Reynolds ». Toi, ça fait quelque temps que tu te fais connaître grâce à tes vidéos. Ça pourrait être une solution de secours si tu n'arrives pas à accéder au World Tour ? 
Mon objectif, c‘est le world tour. J'espère vraiment pouvoir y arriver et je ferais tout pour cela. J'adore aussi le surf de gros et c‘est quelque chose qui m'attire pour les années qui arrivent. Alors surfeur pro en compétition et surfeur de gros, cela me plairait bien comme programme !

- J'ai remarqué que dans tes vidéos, tu souhaites retranscrire ta vision de la vie qui est de profiter au maximum de chaque instant. C'est une façon de se démarquer des vidéos des autres surfeurs de ton âge ? 
Non, c ‘est juste moi. La vie m'a pour l'instant bien gâté, je surfe depuis que je suis tout petit, je voyage et j'ai une super famille et de bons amis à mes côtés. J'ai la chance d'avoir des sponsors qui m'aident aussi. Mais dans la vie, Il arrive toujours des choses auxquelles on ne s'attend pas et j'ai eut quelques grosses épreuves à surmonter. Ce qui est important, c‘est de se battre quand ça se passe et de profiter des autres moments quand tout va bien. La vie et mes parents m’ont appris cela et je crois que maintenant cela fait partie de moi.

- Quels sont tes futurs projets ?
J'espère faire pas mal de voyages cette année encore et peut être quelques surf trips avec les groms internationaux de chez Rip Curl. Ensuite, j'ai signé avec Reef et ils m'ont dit que j'allais faire des trucs avec le Team international, il me tarde de savoir ou l'on va partir. Je pense aller à Hawaii cet Hiver, ce sera ma première expérience là-bas. Sinon, je vais passer plusieurs mois en Australie, l'hiver prochain pour m'entraîner, j'ai vraiment adoré ce pays et j'ai quelques bons copains là-bas maintenant.

- Avant de conclure, j'aimerais revenir sur un moment assez compliqué de ta jeune carrière. Je veux bien évidemment parler de ta blessure au genou. Quels enseignements as-tu tiré de cette blessure ?
Que tout peut basculer d'un seul coup ! Ce fut super dur, mais aujourd’hui avec le recul, c’est presque une chance. J'ai beaucoup appris sur moi et je sais maintenant plus que jamais ce que je veux. Pour arriver au haut niveau, ça ne sera pas facile. Il va falloir se battre pour y arriver, ce sera difficile, mais désormais, je sais qu'avec ce qui m'est arrivé que je suis capable de me battre. Pas de surf pendant plus de 6 mois, Hospital, opération, rééducation et plein de doutes. Mais c’est la vie et j'ai appris d'autres choses grâce à cela.

- Pour finir, j'ai entendu dire que tu espérais avoir plus de titres que le King Kelly ! S'il venait à lire cette interview, qu'est-ce que tu lui dirais pour lui dire que la relève arrive ? 
Kelly est un surfeur incroyable, il a marqué le surf pour toujours. Je suis trop jeune malheureusement pour espérer un jour faire un heat contre lui. Quant on voit Filipe, Gabriel ou John John, je crois qu’il a compris que la relève était déjà là.  Moi, j'espère être la relève de cette relève ! Je lui ai dit une fois que je voulais être plus de fois champion du monde que lui. Il a souri. On a fait notre première série ensemble au bras de fer et j'ai gagné… Merci kelly!

Remerciements : 
A mes parents, mes sponsors (Rip Curl, Reef, Smith optics, EQ, Xsorries, Fcs et Gorilla), mes coachs Arnaud, Martin, Diego, Yann et tous ceux qui m ont aidé quand je me suis blessé et qui ont fait que je puisse a nouveau surfer. Merci aussi a tout ceux m'aiment bien et qui me suivent sur les réseaux sociaux, et a vous pour avoir fait cette interview sur moi.

Merci d'avoir pris le temps de répondre à nos questions Kyllian, l'équipe Riders Match te souhaite plein de réussite pour tes prochaines compétitions ainsi que tes futurs projets !! On attends le premier titre avec impatience :)

 

Copyright : Kyllian Guerin

More

Snowboard

[INSANE] WHEN THERE IS NO SNOW LEFT, CLOUDS ARE STILL HERE!

Adrian Cenni is snowboarding on clouds for the swedish brand Happy Socks’ new promotional video!

A world first

The socks brand, Happy Socks and Adrian Cenni associated with each other to create something that has never been done before. Snowboarding in the clouds ! Bound by a shielded cable to an helicopter, Adrian is litterally floating in the air, at a height of 6,000 ft and reaching a speed of 130km/h. An incredible idea to think of!

Adrian Cenni, the Wildman!

Cenni was known for his driving talent and for his unorthodox style of racing. His most notable moment was when he drove up and above the catch fencing in the 2008 Championship Off Road Racing Series in Primm, Nevada. He accidentally drove 25 ft up the catch fencing and 100 ft down and across the fencing. He accomplished this re-entering the track, while maintaining the lead of the race. He is also the first person to complete a true flat take off to flat landing 360 degree barrel roll in a vehicle.

 

Copyright : Happy Socks

More