SEB JAM, UN FILM POUR SURPASSER SES LIMITES !

Le nouveau film de Sébastien Jam, réalisateur et snowboardeur, sort ce 14 septembre 2018. Cette réalisation venant d’une idée folle et créée entre copains permet de découvrir la Suisse, d’une toute nouvelle façon. Riders Match vous propose d’en connaître un peu plus sur cette vidéo en découvrant les coulisses de ce projet !

Seb Jam un passionné de snowboard avide de sensation et de toujours repousser ses limites nous propose un nouveau projet. En effet, un séjour filmé en Suisse mélangeant divers sports pour partager la passion de l’aventure. Voici, en exclusivité, l’interview pour en apprendre plus sur la réalisation de ce projet !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Seb Jam (@jamsebastien) le

1) Qu’est-ce qui te plaît dans la réalisation ? 

« Ce type de réalisation me plaît beaucoup pour l’ambiance. Nous sommes une bande de copains, nous faisons cela pour le plaisir et n’avons pas de contraintes de clients. C’est la liberté totale. Dans la réalisation en générale, c’est de conduire une idée de base (souvent très flou) en un produit fini. Transformer une idée en une vidéo et faire voyager les gens. »

2) Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire ce film ?

 » Cette vidéo n’est pas notre premier coup d’essai avec Pierre Linckenheld, néanmoins la recette reste la même: une idée a la con, on rameute quelques copains et accessoires et on commence à filmer. Le projet évolue souvent beaucoup en cours de route. »

 » Ce film en particulier est « la suite” d’une vidéo que nous avions tournée en 2013 avec Pierro dans le cadre d’un contest vidéo Freebord que nous avions remporté. 
À l’époque, nous avions mis des costards et trouvé une valise ( le tout a Emmaüs pour moins de 10chf ) et en avant!
Cette fois-ci, nous cherchions à pimenter un peu l’histoire. Pierro a appelé un copain et a arrangé cette Mini Cooper pour faire cette “poursuite ». Le lendemain, on a contacté David Laffargue et proposé d’aller le voir a Lauterbrunnen pour filmer quelques sauts de base. 
L’idée de l’intro n’est arrivée qu’au dernier jour de shoot. »

3) Comment organises-tu tes déplacements, seul ou en groupe et comment gères-tu le logement ? 

« Pour les grandes distances, principalement en covoiturage ou en avion si les tarifs sont cléments. 
Sur site, on remplit toujours un maximum les voitures pour éviter de rouler à vide.
J’ai assez de copains à travers le monde maintenant pour pouvoir trouver une chambre d’amis ou un canapé à squatter pour quelques jours. »

4) Comment est venue cette idée de faire passer cette valise dans les mains de différentes riders pratiquant différents sports extrêmes ?

« L’idée de base est venue en 2013 avec Pierro pour une vidéo purement freebord. On voulait se mettre en costard pour une vidéo et cette valise nous a tendu les bras à Emmaüs.
Pour la vidéo de 2018, le concept de passage de palette est venu après discussion avec l’équipe. En cherchant les sports que nous pouvions combiner, l’idée du base jump est venue assez vite.
David Laffargue nous est tout de suite venu à l’esprit. »

5) Quelles ont été les difficultés ? Comment s’adapter ? 

 » La vidéo s’est tournée en 3 jours et la météo n’a pas été très clémente. Surtout pour la partie Base-jump, il pleuvait vraiment à grosse goûte. La seule chose à faire est attendre le créneau pour pouvoir faire voler les drones. »

6) Quels sont tes rapports avec Pierre Linckenheld, Yoann Chapel, Nico Elsaesser, Adrien Michel, David Lafargue, que l’on voit apparaître dans la vidéo ? 

 » Avec Pierro nous avons écumé pas mal de kilomètres de bitumes et de pellicules ensemble, on essaye chaque année de se trouver une vidéo stupide à faire. 

Yoann, je l’ai rencontré par le biais de la freebord et du Snowboard. Depuis quelques années, je suis devenu rider pour sa marque de planche Anticonf. Lui et le shaper Selim Abdi produisent des planches de Snowboard, Skate et Wake sur Suisse. En plus de cela, c’est fabriqué avec des matériaux écologiques et des shapes assez cool. Yoann est mon partenaire et sponsor, mais c’est avant tout un ami proche.

« La recette ? une idée a la con, on rameute quelques copains et accessoires et on commence à filmer »

Nico et Adrien se sont joints au projet en cours de route, j’avais besoin d’une plus grosse équipe pour filmer la partie Base-Jump alors Pierro leur a filé un coup de fil. Il ont débarqué le lendemain de Strasbourg. Ce sont des vidéastes et photographes très talentueux et des gars très motivés.

David est aussi une rencontre faite durant ce projet, ce qui m’a permis de découvrir le monde du base. C’est un gars assez fou fou aux premiers abords, mais qui a en fait la tête bien sur les épaules. Je pense que c’est primordial dans ce milieu pour avoir une certaine longévité. Cela a été un plaisir de shooter avec lui, il a toujours une pêche d’enfer et j’espère pouvoir faire plus de projets avec lui dans le futur. »

7) Comment as-tu trouvé les lieux idéaux pour avoir les meilleures images ?

 » La Suisse regorge de spots magnifiques. Pour la freebord, nous connaissons très bien le Valais et le Vaud, donc aller filmer au Diablerets nous est venu très vite à l’esprit. 
Ce spot nous permettait d’être assez tranquilles question trafic. Des images complémentaires ont été filmées dans les alentours de Lausanne sur des routes assez familières.
Les images aériennes de paysages ont pratiquement toutes été tournées autour de Lauterbrunnen, pour la partie Base Jump. David nous a guidés sur 2 falaises qui étaient idéales pour le shooting. »

8) Ton meilleur souvenir ? Ton pire souvenir ?

  » Le meilleur souvenir était sûrement le premier saut de David Laffargue, c’était la première fois que je filmais du Base-Jump et cette sensation presque naturelle de le voir disparaître après son 3.2.1 Base était assez folle. Ha, il a vraiment sauté en fait! Tellement concentré dans ta caméra que tu ne réalises pas totalement sur le moment ce qui vient de se passer.

Les quelques images supplémentaires de poursuites que nous avons filmées avec la Mini Cooper se sont effectuées avec un scooter. Notre stabilisateur nous ayant lâché, nous avons dû utiliser le drone en tant que tel. Donc drone accroché à l’arrière, moi fonçant tête baissée sur le 2 roues. Pierro me poursuivant en freebord et Yoann au volant de la Mini qui nous collait aux fesses. C’était plutôt fun. »

9) À qui souhaites-tu adresser tes remerciements ? 

 » À cette équipe, qui habituée ou improvisée, était super motivée.
L’Hotel Wengen qui nous a gentiment laissés utiliser leur lobi pour tourner l’intro de la vidéo. 
Antoine Delay qui nous a prêté sa magnifique Austin Mini. »

 » Avec Pierro nous avons écumé pas mal de kilomètres de bitumes et de pellicules ensemble, on essaye chaque année de se trouver une vidéo stupide à faire « 

10) Quels sont tes projets futurs ? Petit teaser ? 😉

  » À court terme, plusieurs projets vidéo sont en cours d’édition, entre autres un projet Wake Board en Bretagne avec Anticonf et la réédition de notre documentaire sur notre expédition Splitboard en Mongolie.

Pour l’année prochaine, je vais m’installer dans la Vallée de Benasque dans les Pyrénées espagnoles avec ma compagne Mirte Van Dijk. Poser un peu les valises pour quelques temps, profiter du calme et découvrir ce que la Vallée de Benasque et l’Aragon ont à offrir. Donc, je pense que je risque de vous inonder d’images de montagnes magnifiques et de descentes vierges en Snowboard pour les prochaines 10 années. »

Vive les Pyrénées!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.