TEAHUPOO, la nouvelle vague olympique

Ça y est, le Comité Olympique a confirmé que l’épreuve de surf des Jeux Olympiques 2024 se tiendra à Tahiti, sur le spot de Teahupoo. Volonté d’images époustouflantes ou soif de carnage ?

Dire que l’entrée du surf aux Jeux Olympiques a été accueillie avec tiédeur par la communauté surf, serait généreux.

Depuis que le Japon a annoncé qu’il accueillerait les premiers Jeux Olympiques de surf en juillet, tous les amateurs ont fait leurs calculs sur le potentiel des vagues le long des rives de Chiba, plutôt incohérentes quant à la période de l’événement, sans parler de leurs avis sur la façon dont les Jeux Olympiques et les intérêts commerciaux qui les entourent allaient corrompre l’âme apparemment douce et innocente du surf.

Le CIO ne peut rien faire contre la corruption potentielle des esprits, mais il peut faire quelque chose pour pimenter le prochain site olympique de surf, et il l’a fait.

La semaine dernière, le CIO a confirmé que les surfeurs qui participeront aux Jeux Olympiques d’été de 2024 à Paris ne le feront pas sur une plage topless proche, mais plutôt à Tahiti, à l’autre bout du monde. La collectivité française d’outre-mer se vante d’avoir l’une des vagues les plus redoutables du monde, Teahupoo. Et bien que Tahiti ne soit pas exactement à une distance idéale du village olympique, elle peut offrir quelque chose que peu d’autres spots peuvent offrir – un spectacle digne de ce nom capable de mettre les fans de surf et les observateurs occasionnels « sur le cul » (pardonnez-moi l’expression).

« Tahiti, en tant que site olympique, témoigne de l’esprit de créativité et d’innovation de Paris 2024″, a déclaré Fernando Aguerre, président de l’ISA (International Surfing Association) et figure de proue du surf olympique, dans un communiqué de presse. « Le surf est un sport pour la nouvelle ère des Jeux et cette approche de Paris 2024 montre comment nos valeurs sont en harmonie ».

Depuis son apparition sur la scène internationale lors du Gotcha Pro à la fin des années 90, Teahupoo a été le théâtre de nombreux moments mémorables dans l’histoire du surf.

Pensez à Kelly Slater buvant une Hinano dans le tube après avoir obtenu deux 10 parfaits, au « shotgun claim » d’Andy Irons à la sortie de son tube ou à à la plupart des vagues surfées le jour de la finale du Tahiti Pro 2014 (vidéo en haut de page). En d’autres termes, si Chiba ne représente peut-être pas le surf dans sa forme la plus divertissante (surtout pour un public plus mainstream), Tahiti, le fait certainement, et les Jeux de 2024 tomberont fatalement au milieu de sa haute saison de vagues.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.